Pôle d’expertises agronomiques

Pour aller plus loin dans son accompagnement sur les nouvelles pratiques agronomiques, Novalis Terra c’est aussi un pôle d’experts aux compétences complémentaires.

« Il est possible de concilier agriculture bio et ACS, dans un système performant et rentable »

Paul I.

Paul ISLER,

Conseiller technique et Responsable Agriculture biologique, Novalis Terra
@paul_isler


Techniques
Agriculture bio, Polyculture-élevage et Méthanisation, Fertilisation, Gestion et économie des exploitations, Culture associées, Couverts végétaux, Semis direct, Fertilisation, Cultures sous couverts permanents, Intensification végétale

Matériel
Scalpeur, Désherbage mécanique, Semoir à dents, Semoir à disque, Semoir de précision, Matériel de triage / séchage / stockage

Cultures
Blé, Orge, Avoine, Épeautre, Seigle, Triticale, Sarrasin, Millet, Maïs, Oléoprotéagineux, …
Techniques
Agriculture bio, Polyculture-élevage et Méthanisation, Fertilisation, Gestion et économie des exploitations, Culture associées, Couverts végétaux, Semis direct, Fertilisation, Cultures sous couverts permanents, Intensification végétale
Matériel
Scalpeur, Désherbage mécanique, Semoir à dents, Semoir à disque, Semoir de précision, Matériel de triage / séchage / stockage
Cultures
Blé, Orge, Avoine, Épeautre, Seigle, Triticale, Sarrasin, Millet, Maïs, Oléoprotéagineux, …

J’ai toujours été convaincu de l’intérêt du BIO, alliant performances économiques et environnementales. Lorsqu’en 2015 je reviens sur l’exploitation familiale – alors en polyculture-élevage conventionnel, nous entamons une conversion en BIO. Nous arrêtons la production laitière pour nous consacrer aux céréales, mais sommes alors confrontés à une problématique de terres très argileuse (60 à 80%), où il nous est impossible de labourer puis semer.

C’est alors que je m’intéresse à l’Agriculture de Conservation des Sols, et m’y forme à travers les enseignements de Lucien SEGUY, et bien d’autres. Je comprends alors qu’il nous faut changer nos pratiques. L’exploitation étant déjà en TCS, la prochaine étape était le semis direct et l’introduction des couverts.

Concilier Agriculture BIO et ACS, c’est être sans cesse dans l’expérimentation. Aujourd’hui encore, nous menons sur des parcelles de nombreux essais : de variétés, de cultures associées, d’intensification végétale, de succession culturale, de réduction de travail du sol, de fertilisation, … Car nous ne sommes encore qu’aux débuts de l’ACS et du BIO. Et même si cela peut sembler impossible pour certains, ces deux approches peuvent se nourrir mutuellement, en visant un objectif commun : régénérer et favoriser la vie des sols.

Pour autant, cette démarche doit également être guidée par un grand principe : retrouver de la rentabilité sur nos exploitations. Il est donc nécessaire d’allier performance environnementale et économique, en retrouvant la maîtrise de nos systèmes !

« Il est possible de concilier agriculture bio et ACS, dans un système performant et rentable »

Paul I.

« L’expérimentation fait partie de l’ACS, et participe à l’évolution de nos pratiques »

Angèle B.

Angèle BLANCKAERT,

Responsable expérimentations terrain, Novalis Terra


Techniques
Expérimentations, Analyse et traitement de données, Synthèse d’essais, ACS

Cultures
Colza, Lin, Féverole, Pois, Maïs, Céréales

 

Techniques
Expérimentations, Analyse et traitement de données, Synthèse d’essais, ACS
Cultures
Colza, Lin, Féverole, Pois, Maïs, Céréales

Fille d’agriculteur en ACS, je décide de rejoindre l’école UniLaSalle Beauvais afin d’élargir mes connaissances sur le milieu agricole. Je réalise alors différents stages en maraîchage et horticulture, au cours desquels je découvre le biocontrôle à travers plusieurs expérimentations en cultures légumières.

C’est en réalisant mon mémoire de fin d’étude au sein de Novalis Terra que mon attrait pour l’Agriculture de Conservation des Sols se confirme. Je m’occupe notamment des suivis d’essais, et met en place les premières expérimentations chez les agriculteurs. Les problématiques sont variées : fertilisation localisée, biosolutions, utilisation de nouveaux outils telles que les analyses de jus de sève, et ce, sur toutes les cultures !

Fin 2020, mon parcours universitaire à UniLaSalle se termine, et j’obtiens alors mon diplôme d’ingénieure en agronomie et agro-industries, spécialité agronomie et territoire. Forte de mon expérience et de mes analyses sur le terrain, j’intègre alors Novalis Terra en tant que responsable expérimentation. Un pôle particulièrement intéressant, puisqu’il amène à s’interroger sur les pratiques menées, et à tester la pertinence agro-économique des itinéraires techniques et des produits utilisés. Et bien que ces techniques soient innovantes, elles n’en restent pas moins en constante évolution, et permettent ainsi d’apporter des réponses spécifiques et adaptées aux multiples problématiques des agriculteurs !

« L’ACS amène à gagner en compétitivité, sur les plans agronomiques, techniques et économiques »

Frederic R.

Frédéric REMY,

Chef de culture, Ferme du Domaine de Saint-Lubin (95)
@fredericremy95


Techniques
Approche système
Rotation ACS, Gestion du risque, Rentabilité

Matériel
Semoirs à disques et à dents, Herse à paille, Rouleau cambridge, DDI

Cultures
Blé, Colza, Lin, Tournesol, Pois, Féveroles, Sarrasin
Techniques
Approche système
Rotation ACS, Gestion du risque, Rentabilité
Matériel
Semoirs à disques et à dents, Herse à paille, Rouleau cambridge, DDI
Cultures
Blé, Colza, Lin, Tournesol, Pois, Féveroles, Sarrasin

A mon arrivée sur la ferme en 2008, j’ai été confronté à des problèmes de salissement et de fertilité des sols. Suite à divers échanges et formations, je suis passé progressivement à l’ACS en implantant des couverts végétaux, puis en réduisant le travail du sol et en diversifiant la rotation.

La qualité de semis est toujours restée une priorité. Pour sécuriser les implantations en toutes conditions j’ai fait le choix d’avoir 2 semoirs perturbants très peu le sol : 1 à dents et l’autre à disques.

L’ensemble de ces techniques permet d’obtenir des récoltes propres, de gagner du temps, tout en réduisant les coûts de production.

Aujourd’hui, je raisonne mon système de culture sur l’ensemble de la rotation sous forme de schéma de fonctionnement. Cela permet d’avoir une vision globale du système, et de rechercher de la performance agronomique et économique.

La gestion du salissement, de la fertilité des sols, et des ravageurs est multifactorielle et ne peut se gérer que sur du long terme ! C’est selon moi toute cette expertise technique qui permet de créer de la valeur ajoutée sur nos fermes.

« L’ACS amène à gagner en compétitivité, sur les plans agronomiques, techniques et économiques »

Frederic R.

« Le défi d’améliorer la structure des sols tout en restant efficace est toute la base de l’ACS »

Victor L.

Victor LEFORESTIER,

Agriculteur – Seine-Maritime (76)
@VictorHolistic


Techniques
Strip-till, Buttage automne, Agriculture conventionnelle et bio

Matériel
Strip-till, Planteuse

Cultures
Pomme de terre, Betterave, Lin fibre
Techniques
Strip-till, Buttage automne, Agriculture conventionnelle et bio
Matériel
Strip-till, Planteuse
Cultures
Pomme de terre, Betterave, Lin fibre

C’est en constatant l’importance des problèmes d’érosion des sols que nous sommes passé il y a 15 ans à l’ACS sur ma ferme. Une pratique désormais suffisamment maîtrisée pour être déployée sur lin fibre, pommes de terre, betteraves, céréales… Aujourd’hui en conversion bio, notre défi est de concilier ces deux approches cohérentes, pour permettre aux sols d’exprimer tout leur potentiel !

Depuis 2009 je suis également formateur et accompagnateur technique. J’aide les agriculteurs à mettre en place l’ACS sur leurs exploitations et à mieux comprendre la structure de leurs sols. Je mets à leur service notre expérience sur la ferme, les voyages qui m’ont formé à l’étranger ainsi que plusieurs années de suivi des utilisateurs de strip-till chez Sly France.

En pensant nos systèmes dans une approche globale, nous pouvons mettre en place la stratégie la plus adaptée et ainsi agir de la manière la plus efficace pour nous, nos fermes et nos sols. C’est dans cet esprit que je veux être au service des agriculteurs, pour apporter du conseil et une expertise dans le suivi et l’évolution de leurs systèmes, pour en favoriser toute la réussite.

« L’ACS ne consiste pas à toujours atteindre la plus haute marche : c’est un équilibre entre réflexion agronomique et performance environnementale »

Antoine C.

Antoine CHEDRU,

Agriculteur – Pays de Caux (76)


Techniques
Biocontrôle (macérations, micro-organismes, extraits fermentés, huiles essentielles…), Épandage de BRF et de compost, Mise en place / Suivi / Analyse d’essais

Matériel
Strip-till, Semoir à dent, Semoir à disques sous couvert, Rouleau Faca

Cultures
Blé, Colza, Féverole, Lupin, Betterave, Lin, Maïs, Petits pois, Couverts végétaux multi-espèces

 

Techniques
Biocontrôle (macérations, micro-organismes, extraits fermentés, huiles essentielles…), Épandage de BRF et de compost, Mise en place / Suivi / Analyse d’essais
Matériel
Strip-till, Semoir à dent, Semoir à disques sous couvert, Rouleau Faca
Cultures
Blé, Colza, Féverole, Lupin, Betterave, Lin, Maïs, Petits pois, Couverts végétaux multi-espèces

Il y a 25 ans, j’ai fait le choix de l’ACS et des TCS pour mon exploitation. Installé dans le Pays de Caux, j’étais alors confronté à des problématiques de pluviométrie importante, avec des terres limoneuses et fragiles. Nous franchissons donc le pas de l’Agriculture de Conservation des Sols, afin de limiter cette érosion et de redonner tout leur potentiel à ces terres. Le résultat est immédiat et sans appel : dès le début, la qualité des parcelles s’améliore, et l’érosion des sols disparaît. Mieux encore, grâce aux couverts végétaux implantés, le taux de matière organique remonte et l’activité biologique des sols s’intensifie.

Depuis, nous sommes progressivement passé au strip-till, puis au semis direct, au biocontrôle… Nous développons également notre propre matériel, adapté à nos problématiques de pluviométrie. Des apprentissages et expérimentations qui nous font évoluer dans nos pratiques, et que je partage régulièrement auprès d’associations, d’étudiants, de professionnels de l’agriculture ou du grand public en toute transparence.

L’Agriculture de Conservation des Sols ne consiste pas à toujours atteindre la plus haute marche en termes de résultats. Il s’agit d’arriver à un équilibre entre réflexion, techniques, rendements et activité biologique de nos terres !

« L’ACS ne consiste pas à toujours atteindre la plus haute marche : c’est un équilibre entre réflexion agronomique et performance environnementale »

Antoine C.

« Restaurer la fertilité des sols est un prérequis indispensable à la performance économique de nos systèmes agricoles »

Nicolas M.

Nicolas MOURIER,

Agriculteur – Plateau Picard Sud (80)


Techniques
Évolution et transition vers l’ACS, Successions culturales et gestion des intercultures, Travail en collectif, Optimisation du parc matériel

Matériel
Charrue express, DDI, Bêches roulantes, Semoir à dents et semoir à disques, Herse à pailles

Cultures
Colza, Lin, Tournesol, Protéagineux d’hiver, Luzerne, Vesces, Blé, Avoine, Escourgeon, Seigle, Cultures porte graines
Techniques
Évolution et transition vers l’ACS, Successions culturales et gestion des intercultures, Travail en collectif, Optimisation du parc matériel
Matériel
Charrue express, DDI, Bêches roulantes, Semoir à dents et semoir à disques, Herse à pailles
Cultures
Colza, Lin, Tournesol, Protéagineux d’hiver, Luzerne, Vesces, Blé, Avoine, Escourgeon, Seigle, Cultures porte graines

Installé depuis 2013 sur une exploitation très morcelée et en déficit d’équipement, le défi était multiple : mener seul l’ensemble de la surface en diminuant le nombre d’interventions, tout en gagnant en performance technique sur un terroir accidenté et aux parcelles hétérogènes.

Ayant été formé en 2006 par Thierry TETU à l’UPJV, le choix du semis direct était alors pour moi une évidence. La mise en place progressive d’un système complexe mêlant rotations longues, gestion des périodes d’interculture (straw managment), apports de compost, couverts végétaux et légumineuses pérennes, me permet aujourd’hui de concilier performance agronomique et économique. Une approche globale, où les atouts comme les contraintes doivent devenir des forces, pour assurer la rentabilité de ce système.

Pour assurer cette transition, l’utilisation du matériel doit être optimale, et les choix se sont donc orientés vers des investissements en commun. Aujourd’hui, je conduis ainsi entre 8 et 10 cultures différentes selon les années, sur 210 ha, principalement en céréales.

Avec le recul, ce passage au semis direct a été une riche expérience humaine et technique, par la multiplicité des situations rencontrées. Une expérience qui me permet aujourd’hui de guider ceux qui souhaiteraient entamer une transition vers l’ACS, en passant au travers des difficultés des premières années, et en sécurisant leurs itinéraires techniques.

Car l’ACS a ceci d’enthousiasmant que rien n’est figé : le modèle est évolutif et doit être adapté aux conditions de chacun. D’où l’importance de bien réfléchir et construire sa période de transition !

« S’inscrire en Agroforesterie-Bio, c’est faire le pari d’une production rentable économiquement et environnementalement »

Edouard S.

Edouard STALIN,

Maraîcher et arboriculteur en bio – Eure (27)


Techniques
Agriculture Bio, Agroforesterie, Agroécologie, Permaculture, Régénération d’écosystèmes (faunes auxiliaires…)

Cultures
Maraîchage, Arboriculture
(verger-maraîcher), Plantes aromatiques et médicinales

 

Techniques
Agriculture Bio, Agroforesterie, Agroécologie, Permaculture, Régénération d’écosystèmes (faunes auxiliaires…)
Cultures
Maraîchage, Arboriculture (verger-maraîcher), Plantes aromatiques et médicinales

Pensée dans un système d’agroforesterie, La Ferme des Rufaux se construit sur un modèle de verger – maraîcher en agriculture biologique. Nos petits fruits et légumes sont cultivés sous 200 arbres fruitiers (pommes, poires) de hautes tiges, en TCS et sans labour. Une production qu’il nous a fallu concevoir progressivement dans son intégralité. À ces parcelles de cultures, s’ajoutent des zones arborées (zones tampon) qui permettent de favoriser la biodiversité, essentielle au bon fonctionnement de ce système.

Ma première volonté avec ce verger-maraîcher, était de construire un modèle agricole économiquement viable et respectueux de l’environnement. C’est en comprenant nos écosystèmes et leurs interactions, que j’ai pu transposer mes observations à une logique de production agricole. Ainsi, la biodiversité végétale attire la biodiversité animale, tels que les auxiliaires.

Avec ce double pari du TCS-Bio, nous sommes sans cesse dans l’expérimentation. Une expérience que nous partageons déjà à ceux qui souhaitent évoluer dans ce sens, pour leur faire bénéficier de nos apprentissages, et ainsi favoriser leur transition et la sécurité de leurs itinéraires techniques. Et même si ce pari est audacieux, nous voyons que les systèmes actuels arrivent aujourd’hui à leur limite et qu’il est nécessaire de trouver des solutions, pour continuer à produire durablement.

« S’inscrire en Agroforesterie-Bio, c’est faire le pari d’une production rentable économiquement et environnementalement »

Edouard S.

Pin It on Pinterest